Domination-soumission

Domination-soumission

Soumise et esclave

les soumises et les esclaves sont des femmes,

non des animaux domestiques ou des ustensiles

de nettoyage, elles ont donc une sensibilité,

des désirs et tout comme leurs Maîtres

elles aspirent aux plaisirs.  

 

En Français « soumise » est le terme

quasi exclusivement employé,

les Anglo-saxons sont légèrement

plus précis en distinguant :  

Bottom : celle qui se placera en position de soumise le temps d'un jeu.    

Submisive : la soumise dans une acceptation

plus restreinte qu'en français.    

Slave : l'esclave dans un sens plus large qu'en

français et sans la connotation péjorative.

 

Dans la langue française le terme soumis(e)

véhicule une connotation d'obéissance à des

règles sans référence à une notion d'appartenance,

alors que le terme esclave place au premier plan

la notion d'appartenance, l'obéissance est implicite.

C'est à partir de ces définitions de bases

qu'il convient d'en étudier la spécificité dans

le monde BDSM.

 

         La soumise

 

La soumise choisit son Maître/Dom, lui donne sa confiance et attend de lui qu'il la guide dans ses désirs, et dans la découverte d'elle-même, non pas qu'il l'utilise dans un pur plaisir égoïste.   Les limites dans lesquelles évoluent le maître et la soumise sont acceptées par eux deux. En se soumettant, elle s'engage à veiller au plaisir de son Maître et à suivre les règles qu'il lui impose, pour autant que celles –ci correspondent à ses attentes profondes et contribuent à son évolution, elle a le droit (le devoir ?) de refuser toute chose qui sortirait du cadre fixé, ou qui serait contraire à ses aspirations.   L'acceptation du collier ne signifie pas que la soumise accepte tout … et notamment de ce qui va à l'encontre de ses envies ou la heurte dans ses sentiments. « une bonne soumise » ne doit pas tout subir sans discuter.

la soumise est une personne active dans le couple Dominant/Dominée. Elle accepte les consignes de son Maître dans le but de se dépasser ou d'aller au-delà de ses propres limites, et ainsi offre avec plaisir sa soumission pour le plus grand plaisir de son Maître En n'étant pas passive mais active… elle affirme sa liberté, ses choix.    La soumise confie à son Maître les clefs des plaisirs de son corps, des désirs de son âme et des douceurs de son cœur. Elle ne peut pas ne pas ressentir de sentiments envers son maître. Elle lui offre son corps et son âme en tant que soumise …et son cœur en tant que femme.

 

L'ESCLAVE    

Le terme esclave a, dans la bouche de certains, une connotation très péjorative, souvenir de l'époque pas si éloignée de la traite des esclaves, oubliant par la même que le philosophe grec, Ésope, était un esclave. Ceux-ci voient dans l'esclave une sous espèce a mi-chemin entre la chienne et la carpette.Il convient de se débarrasser de la connotation péjorative que certains on, a tort, donné à l'esclave dans le monde BDSM, pour revenir a une définition plus proche de celle de la langue française.   L'esclave est avant tout celle qui se donne totalement et sans limites à son Maître. Dans le monde BDSM, c'est l'esclave qui, de sa propre initiative décide librement de se donner à celui qu'elle a choisi comme Maître.

Si le maître se montre indigne de son rôle, l'esclave… reprendra sa liberté.   Ce don qu'elle fait d'elle-même affirme sa volonté d'obéissance. Ce passage de la soumise à l'esclave est l'aboutissement de la longue maturation qui l'a conduit à une acceptation sans réserves de soi, de la relation, de l'autre. La femme a accepté la soumise qui était en elle, la soumise a été conquise par l'amant. C'est cette double acceptation qui permet que le don devienne total, absolu.    Grâce à la connaissance que chacun acquiert de l'autre… les limites deviennent implicites, la relation est consensus. C'est sa totale confiance à son maître que l'esclave donne alors.

L'esclave est aux yeux de certains une utopie, un rêve ultime pour d'autres ; mais peut-on parler de l'esclave sans parler du Maître ? L'esclave n'existe que par et pour son Maître de même qu'il n'existe que par et pour elle, ce ne sont plus deux individus mais la fusion de deux êtres, dans une entité qui les transcende, le couple Maître/esclave.



22/12/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres