Domination-soumission

Domination-soumission

Niveau culturel de la D-S

Nous avons été frappés au cours de nos recherches par la qualité des propos, du style, et même de l'orthographe, des adeptes ou des promoteurs de la DS, que ce soit dans les livres ou sur le web. Si nous mettons de côté la pornographie habituelle et les DVD bas de gamme où DS, perversions en tous genres et "vanille" sont passées à la moulinette de la vulgarité absolue, le sadomasochisme et la domination se caractérisent par un discours articulé et cohérent. Pourquoi?
La DS exige des mots, avant, pendant, après.
De plus, ces mots doivent être parfaitement
compris et acceptés par l'autre,
et ne souffrir aucun malentendu.
Il est possible aussi que s'accepter
comme adepte de la DS
(plus difficile encore : s'accepter comme personne soumise…)
nécessite un travail sur soi et des références analytiques.
Enfin, la DS comporte un aspect "théâtral": pièce, scénario,
personnages, mise en scène.
Bref, la DS, pratique sexuelle,
se rapproche d'une activité culturelle, sinon artistique.
Les échangistes échangent les femmes et les hommes,
les DS échangent d'abord des allégories et
des représentations avant d'échanger caresses et châtiments…
tout est dans la tête, vous dit-on : et dans le verbe.

D-S : maître exhibant sa soumise - Stanton



09/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres