Domination-soumission

Domination-soumission

Il était une fois le fouet...

Le fouet fend l’air, un long serpent, une aile
Qui enfin retombe et, en langue indécente,
Trouve son chemin dans le plaisir de celle
Qui le réclamait tant et de patiente attente.
 
Lui qui parcourt des lèvres en pleine humidité,
Lui qui griffe des soies en toute humilité,
Et celle qui reçoit sous son regard bandé
Celle qui est l’hôtesse à bouche bâillonnée
 
Semble demander « encore une fois ».
Rouge maintenant est la page
Où s’impriment en lettres incarnat
Qui demain seront bleu orage
Les mots des maux, les maux en mots,  
Les mots d’amour, les mots velours,
Les mots dansés, les mots d’acier,
Les maux que seul écrit un fouet.
 
Pas un cri ne l’accueille, pas un gémissement
Seul un choc très léger, un déplacement d’air
Ont troublé le soir gris puisqu’au festin de chair
Seul le plaisir extrême était notre invité.


17/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres