Domination-soumission

Domination-soumission

Définitions du sadomasochisme, du sadisme et du masochisme

Le sadisme est un comportement sexuel dans lequel le plaisir ne peut être obtenu qu’en infligeant au partenaire des souffrances physiques ou morales.

 

Le sadisme est un comportement sexuel dans lequel le plaisir ne peut être obtenu qu’en infligeant au partenaire des souffrances physiques ou morales.

 

Le sadomasochisme associe les deux formes précédentes de pulsions sexuelles : la jouissance ne peut passer que par la douleur et par l’humiliation, données ou reçues.

Ces trois types de comportements sexuels sont classés dans les perversions sexuelles, ou déviations sexuelles, lorsque la jouissance sexuelle est exclusivement obtenue par ce type de pratique sexuelle.

Cette notion d’exclusivité comportementale est donc très importante pour qualifier une pratique de perverse ou non.

 

Le Sadomasochisme, perversion ou jeu sexuel ?

 

Dans un couple, le sadomasochisme est beaucoup plus souvent un jeu sexuel qu’une pratique perverse,  car elle n’est, généralement, pas la seule pratique qui permette au couple de parvenir à une jouissance sexuelle.

Il ne faut donc pas confondre le jeu sexuel sadomasochiste dans un couple qui, pour sortir de la routine sexuelle, a parfois recours à des jeux sadomasochistes  pour obtenir du plaisir, avec la perversion ou déviation sexuelle, pratique exclusive pour parvenir au plaisir.

Je ne traiterai, ici, que du sadomasochisme non exclusif et librement consenti entre deux partenaires.

Origines des mots sadisme et masochisme

 

Le mot sadisme  vient du nom de l’écrivain, bien connu,  SADE (1740-1814)  et le masochisme, de l’écrivain SACHER MASOCH 1836-1895). Le livre le plus représentatif du sadisme est « Justine ou les malheurs de la vertu », et le plus représentatif du masochisme  « la Vénus à la fourrure ». Il faut avoir lu ces deux ouvrages, pour mieux comprendre ce que sont le sadisme et le masochisme.

Origines du comportement sadomasochiste

 

Disons, tout d’abord, que chez tout individu coexiste une composante psychique sadique et masochiste, comme il coexiste une composante masculine et féminine chez tout être humain, sans faire l’amalgame entre le sadisme et le masculin, ou le masochisme et le féminin.

Ces tendances psychiques s’expriment à des degrés divers, et  lors de situations diverses. La tendance sadique se traduit par une position de dominant, ayant le rôle de faire souffrir ou d’humilier l’autre. La tendance masochiste se traduira  par une position de dominé, ce sera donc celui qui souffre ou qui est humilié.

 

Comme il coexiste, généralement, chez une même personne les deux tendances sado et maso, un même individu peut avoir du plaisir sexuel, tantôt dans une situation de dominant, tantôt dans une situation de dominé. Mais, en fait, le plus souvent, une de ces deux tendances est plus forte que l’autre, et s’exprimera seule.

L'origine du sadisme et du masochisme se situerait, pour l'école freudienne, à la période sadique-anale de l'enfant, c'est-à-dire entre deux et quatre ans. C’est le stade des deux associations rétention-refus (pour le sadisme) et évacuation-don (pour le masochisme).

En psychanalyse, l’angoisse de castration pourrait être aussi en rapport avec le sadisme :: châtrer l’autre, par crainte d’être châtré.

D'autres auteurs, pensent que le plaisir sadomasochiste aurait ses origines plus tardivement, durant la petite enfance, lors de la découverte du  plaisir du petit garçon ou de la petite fille, au cours des fessées.

 

Une autre explication : pour ceux qui considèrent le sexe comme étant « sale » et « punissable », suite à des messages parentaux allant dans ce sens, le droit à la  jouissance ne serait acceptable qu’après une punition.

Enfin, pour d’autres, ce serait le dépassement de sa propre résistance à la douleur qui procurerait la jouissance.

Les adeptes du sadomasochisme sont en fait peu nombreux

 

On estime à 6% les adeptes du sadomasochisme pur et dur, si l’on en juge par le nombre de clubs spécialisés dans cette pratique, 2 ou 3 clubs à Paris.

En fait, cette pratique pouvant se réaliser à domicile, je pense que les adeptes du sadomasochisme, en tant que jeu sexuel, sont beaucoup plus nombreux, à en juger par la panoplie d’objets utiles à cette pratique et vendus dans les sex-shops !

Les magazines féminins parlent aussi de plus en plus du sadomasochisme, comme jeu sexuel, et vous trouverez facilement, dans ces revues, des adresses de boutiques spécialisées dans la panoplie complète de la parfaite dominatrice !



19/12/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres