Domination-soumission

Domination-soumission

"SOIT BONNE " partie 1: Découvert

Fesses à l'air prête à recevoir une fessée, par un maitre d'école exigent. Je n'arrivais au plaisir que dans cette idée là, celle d'être punie, je l'avoue même, humiliée et Rabaissée. Et c'est encore le cas actuellement. j'étais très jeune j'étais jolie et tout les garçons me tournaient autour et me décevaient tout autant au point de vue sexuel.
Il n'y a que Xavier... C'est mon meilleur ami. Il était grand beau séduisant, et il se trouvait toujours des nanas magnifiques. Moi j'étais bien plus jeune que lui. Il avait à l'époque 26ans.
Je l'aimais tendrement.

Je vivais chez lui, et j'avais découvert ses penchants pour le bdsm grâce à un lien dans ses favoris d'internet... Devinez lequel!

 

J'ai lu toutes ces histoires et je me représentais. Je me masturbais devant, imaginant ces histoires. Je voulais être l'une d'entre elle, me laisser diriger et aimer.
Xavier a toujours refusé que nous couchions ensemble, même s'il avait accepté de me guider pour ma première fois, avec lui: il faut dire que nous avons étés élevés ensembles depuis enfants. Alors seule dans mon lit dans la pièce côté, je m'empêtrais les mains dans les couvertures ou l'oreiller, et je voulais qu'il fasse de moi sa salope, disponible à tout moment au gré de ses envies. Je voulais qu'il ouvre la porte et qu'il me voit ainsi, qu'il m'attache solidement et me punisse pour avoir osé prendre du plaisir sans lui.
Mais jamais il ne s'apperçu de cela.

Voilà comment il s'en aperçu, à notre plus grand plaisir à tous les deux. Ceci est le récit presque tel qu'il a été écrit à l'époque.J'arrive chez nous, il est 21h et je pars tôt de chez mes amis pour le voir. Il faut dire que depuis qu'il n'est plus avec sa copine, j'aime bien rester avec lui.
Comme je n'entend pas la télévision et que la porte est fermée, je présume qu'il n'est pas rentré du boulot, et je prends ma clé. Quand je rentre, j'entend aussitôt des bruits confus. je traverse le couloir quand soudain ce que je vois me stupéfait.Xavier est là, entièrement habillé, une corde à la main tandis qu'une femme d'environ quarante ans, entièrement nue, est ligoté sur la table, à sa merci et il était en train de la baillonner avec ce que j'avais pris pour une corde mais qui était un grand bandeau noir de tissus.
Dés qu'il me voit entrer, il sursaute, se tourne vers moi et se fige aussitôt. La femme pousse un cri étouffé par le bâillon, mais Xavier n'y prend pas garde. Il jette la corde au sol, et je m'aperçois par les brûlures caractéristiques sur la peau de la femme qu'il était en train de la rosser avec.
Un curieux sentiment s'agite en moi, les fourmillements caractéristiques de mon plaisir se heurtent à ceux de ma conscience...De la peur aussi. De la peur et de l'excitation qui me cloue sur place et fait battre mon coeur à une vitesse impressionnante qui me fait presque mal. Je le regarde, ce qu'il est beau...

Je reste clouée là je ne sais pas combien de temps, je sens qu'il va bafouiller des escuses. Ne pas gacher ce moment. Est-ce l'instinct qui nous pousse à agir dans l'urgence?
Il s'interrompt. Sans le quitter des yeux, je me suis rapprochée, et à deux mètres de lui, je me suis mise à genoux. J'ai posé les mains sur ma tête dans la position réglementaire, et, quelques secondes après, alors qu'il me fixe ébahi, je baisse les yeux pour les river au sol et je ne les bouge plus.

J'aimais voir cette position, sur le net, cette position et cette idée folle de se livrer entièrement à l'autre, je ne la retrouve pas aussi bien représentée. Les mots ne parviennent à l'expliquer.
Ma réaction lui fait de l'effet. Il ne bouge plus. La femme s'est tut et elle me fixe, elle aussi. Elle demande à mon homme "hey c'est quoi cette histoire là"
Xav ne répond pas. Il me fixe. Il ne comprend pas, mais ne dit rien. Il s'approche de moi, se baisse à mon niveau, mais je refuse de le regarder. Ce moment est magique. Je sens sa main se poser sur mon épaule et délicatement, remonter vers doucement mes poignets. Sa caresse me fait tressaillir. Il emprisonne comme troublé mes poignets dans sa main. De l'autre, il me fait relever dos à lui, puis me lâche et me retourne face à lui pour que je le regarde, les bras dans le dos. Je suis serrée contre lui. Son regard me fait fondre et son odeur m'attire irrésistiblement. Je sens la pression sur mes poignets et une chaleur se répandre dans tout mon corps.
- Je crois que j'ai raté un épisode, ma puce?
- C'est possible.

- Tu sais à quoi tu t'engages, me murmure-t-il, Quoi qu'il se passe tu devras m'obéir quoi qu'il se passe subir quoi qu'il se passe et quoi que je veuilles, que ça te plaise ou non que ça te gène ou non que tu ais mal ou pas. Tu le sais?

Je le regarde dans ses yeux bleus. Ce qu'il est beau, ce que je l'aime... Je
m'approche de ses lèvres que j'embrasse avec passion. Quand il me sépare doucement de lui, je lui murmure:
- J'ai toujours placé ma vie entièrement dans tes mains sans jamais rien contester de ta part. Pourquoi serait-ce différent?
Xavier m'embrasse avec passion et me serre contre lui, puis soudain, ses gestes sont plus durs. Il me pousse dans un coin ou il me fait mettre à genoux face contre le mur, et je place instinctivement mes mains sur la tête.
La femme continue:
- Je croyais que c'était comme ta soeur qu'est-ce qu'elle fout là?
- La ferme toi, hurle alors Xavier.

Il me fait sursauter. Il a une voix dure, sèche, que je ne lui connais pas, et une violence terrible dans la voix. J'avoue avoir été surprise, peut-être agréablement, de ce changement total de comportement. Il se penchait pour ramasser le bandeau, et dégraffe sa ceinture. Et le coup part.
Je l'entend cingler sur le corps de la femme qui pousse un cri puis un autre, et d'autres suivent des cris -je rêve- des cris de joies intenses. Il lui assenes une bonne dizaine de coups, puis Je l'entend défaire ses liens. Elle est encore ficelée sur elle-même, et l'on voit déjà les rougeurs apparaitre. Il l'agenouille à côté de la table, puis attrape mes mains rudement et me fait relever tout en gardant mes mains sur la tête.

Il a à la main un objet que je connais bien. Mais il ne s'en sert pas de suite. Il reste plongé dans mon regard. En bonne soumise, je ne croise pas son regard et je reste les yeux rivés au sol, mais il m'ordonne de ne pas le quitter des yeux.

- Enlèves-moi ces vêtements qui ne te conviennent pas.
Je lui obéis en silence, et je me retrouve nue devant lui, les bras ballants, je me sens profondément ridicule, mon regard plongé dans le sien. Il baisse ensuite les yeux, et je le sens retenir son souffle et j'en suis enchantée, j'avais un peu peur de son regard. Il n'arrive pas à dissimuler son trouble. En effet, il ne m'a jamais vraiment vue nue depuis mes trois ans, et évidemment, il n'avait pas en tête les mêmes pensées. Ensuite bien sûr, il m'a vu nue une fois. Mais dans la pénombre et dans l'alcool, je me doute qu'il n'ait fait attention à rien d'autre qu'à mon plaisir, pour ma première fois...
Aujourd'hui, c'est à mon tour de penser à son plaisir, ce que j'ai si souvent désiré...
Il fait lever la femme d'un geste et la place face à moi.
- ma puce, je te présente Sandrine. Sandrine voici ma puce.
Je m'accroche à son regard pour ne pas regarder ses seins ou son sexe, je me sens profondément gênée. Je n'aime pas les femmes, pas sexuellement du moins, et j'essaie de faire parvenir mon trouble à Xav mais il me lance un regard que je connais; Il m'avait prévenu. Elle, visiblement, est aussi attirée par les femmes, et son regard malicieux va de mes seins à mes yeux.
Xav l'embrasse devant moi tout en nous serrant l'une contre l'autre, ses deux mains sur nos fesses, puis m'embrasse juste après.
- Allons, faites connaissance!, insiste-t-il en s'asseyant sur le canapé juste devant nous et en nous laissant seules.

La femme ne se fait pas prier. Elle pose ses mains sur mes épaules, puis descend le long de mes bras.
- puce, obéis-moi, commence alors Xav d'une voix d'où je sens percer une vague menace.
L'ordre est formel. Je lui jette un regard, mais je ne fais rien de plus, je suis comme bloquée. Mais je n'ai pas le temps de réfléchir plus: Je suis aussitôt mise à terre par la femme sur un simple signe malicieux de Xavier. Elle me maintient au sol.
- Aie!
- Tu dois obéir, gronde-t-elle aussitôt.
J'essaie de me relever, je suis à genoux mais elle me maintient par terre. Par jeu, elle m'enjambe et approche son visage du mien.
- Demande pardon d'avoir été désobéissante, elle insiste tout en me souriant d'un air malicieux.
- Tu me fais mal t'es con ou quoi! Lâche-moi!
Il y a un silence. Xavier me regarde d'en haut. Je le sens sourire quand j'évite son regard. Puis soudain, il rigole.
- Pour te faire pardonner il va falloir faire ta cochonne et m'obéir parfaitement, ça suffira pour l'instant. Levez-vous, face à face.
De mauvaise grâce, je lui obéis. Je jette un regard noir à Sandrine qui semble prendre parti dans l'affaire et qui me sourit toujours.
- puce,touche-la.

Je lèves mes mains de mauvaise grâce pour les poser sur ses épaules je me sens profondément mal, tout en ayant au fond de moi une envie folle de lui... Et aussi, je l'avoue, d'elle. Mais cette salope me prends une main et me la colle sur son sexe, qui est trempé.
Clac! je vois un lien se découper sur Sandrine, puis plus rien. J'ai fermé les yeux. Armé de sa simple ceinture, Xav vient de lui faire lâcher ma main.
Celle ci adore. Elle est maso elle est dingue.

- Ne pense donc pas à ton plaisir petite garce. Pense au mien et laisse-la te toucher ou elle le veut quand elle le veut... J'aime voir les débuts d'une femme dans son plaisir... Surtout que j'ai déjà été en première place sa première fois avec un homme, laisse moi profiter de sa première fois avec une femme.
Puis plus rien. La femme me fixe avec un vrai sourire de garce obscène, et moi je me bloque à nouveau, je ne fais plus un geste et je tremble presque.
- Si tu ne veux pas t'en prendre un coup toi aussi active-toi, gronde alors mon homme en changeant la ceinture de main.
J'hésite à me demander ce qui serait le moins dur à supporter: la détresse mentale ou la douleur physique. J'étais encore en train d'hésiter quand il se penche vers moi et fous une gifle sur la fesse. Je pousse un cri et danse sur place: non, la douleur physique n'est pas comparable quelle idiotie de ma part d'avoir douté!

- Ca fait le dizième de la douleur que la raclée que je veux t'infliger te fera ressentir, gronde-t-il comme s'il lisait dans mes pensées. Maintenant tu as intéret à jouer des hanches, de la croupe et de la bouche si tu ne veux pas y goûter!
Je regarde Sandrine. C'est une très belle femme, sans nul doute. Elle n'est pas très grande, mais elle est fine et élancée et elle a des cheveux magnifiques. Je la regarde dans les yeux, et sous le regard de Xav, je passe ma main derrière sa nuque, je descend ma main sur ses hanches, puis d'un coup, sentant les yeux de Xavier fixé sur moi, je passe mon autre main derrière sa nuque et je l'embrasse à pleine bouche. Je la sens me serrer contre elle et descendre ses mains sur mes fesses, les remonter jusqu'à mes seins avant de les reposer sur mes fesses. Je fais de même tandis qu'elle me caresse le bas du dos d'une main et attrape mon téton de l'autre main entre deux doigts qu'elle roule. Ce que j'aime ça! Puis soudain, pleine d'une envie étrange, je décide de mettre à nouveau ma main sur son minou et je descend mes lèvres sur ses tétons que je commence à lêcher. Cette envie me surprend, je ne me sens plus vraiment gênée, comme s'il n'y avait qu'elle et moi, et
qu'elle était LUI. Cette fois, j'ouvre les yeux pour regarder mon Xavier d'un regard coquin presque provocateur et il ne me quitte pas du regard. Il a sorti sa verge qu'il caresse au rythme de nos ébats. Il me regarde, et dans son regard excité je vois aussi autre chose, quelque chose que je n'avais encore jamais vu en lui. Un regard doté d'une confiance son borne, d'une confiance, d'une complicité. En ce moment même nous partagions un moment d'une intense complicité tandis qu'il me regardait toucher quelqu'un d'autre que lui. Un regard qu'il a gardé depuis.

Après avoir chatouillé l'extrémité de son sexe, elle ne se sent plus et elle m'enfonce les doigts dans son vagin. Je ressens des vibrations intenses et une giclée de sécrétions vaginale tombe sur ma main quand je vois Xavier lui envoyer deux coups bien sentis de martinet.
Xav me regarde regarder ses sécrétions dans ma main, dégoutée
- C'est là a cause de toi tout cela. Avale-tout.
Non là il va trop loin. Je lui jette un regard, m'apprête à protester quand leste, il se lève, me fait tomber à genoux et fait signe à Sandrine de s'avancer. je n'ai pas eu le temps de dire un mot. Il avait déjà tout prévu.
- Tu as raison, il vaut mieux aller directement à la source. Lêche la ta salope.
- Non Xav je...

J'avais oublié le martinet, ce charmant jouet qu'il avait en main. Il me fait tomber les bras en avant et m'envoie trois coups bien sentis sur mes fesses. J'hurle mon ressenti, et il me relève à genoux, et me colle à nouveau la foufoune sous le nez.

- Tu seras punie pour ce que tu as fait. Je vais t'attacher à la table pour un temps que j'ai choisi. Mais d'abord tu vas m'obéir. Nettoie moi tout et fais lui du bien. Je veux qu'elle aime sinon c'est toi qu iaura des problemes.
Je sens que je n'ai pas le choix. Tout reste un jeu? Mais heureusement qu'il ne me laisse pas faire. J'ouvre la bouche pour recevoir à l'intérieur d'elle un clitoris très étiré. Son minou est extrêmement mouillé et je n'aime pas ce contact contre mes lèvres. Le gout est affreux. Elle, en revanche, redouble de plaisir. Et finalement, petit à petit, ça me plait bien. Le contact de Xav au dessus de moi qui me caresse et se caresse à la fois doit y être pour quelque chose.
Mais cela ne dure pas longtemps.
Xavier me relève, puis me dit.
- Elle va jouir si tu continues. Lèche ta main maintenant.

Je lui obéi aussitôt, et il semble ravi lorsqu'il me fourre sa langue dans ma bouche. Il embrasse aussi Sandrine, puis soudain, il me retourne, me met un collier de cuir noir, pose mes mains sur ma tête et clac clac il m'attache des meottes sorties de nulle part aux poignets et attache les menottes au collier par un système de clip. Je ne peux plus bouger mes mains qui sont plaquées sur ma nuque.

- Depuis le temps que j'attends ça ma douce, me murmure mon chevalier.
Il me pousse vers la table sur laquelle il me porte presque. Il me passe la corde sous les bras, et une autre sous le ventre. Il attache mes chevilles et il serre. Il me
fait mal. Il pose sa main sur mon sexe et sans sentir de résistance, je sens ses doigts s'enfoncer dans moi et en ressortir plusieurs fois, oh, mon ami, ce que j'aime... Je le vois qui me fixe d'un air amusé, puis soudain, il sort du placard des pinces et un gode et il me regarde avec un autre sourire.
Il s'approche de moi, me place d'abord un baillon, ensuite les pinces un peu partout sur mes seins et mes lèvres génitales. Il a du voir que j'aimais qu'on me pince les seins quand Sandrine s'y était risquée. J'apprécie moins les pinces sur mon sexe: elles serrent à faire mal. Celles aux seins en revanche sont extrêmement agréables Sandrine regarde la scène avec joie, la main plantée sur son sexe. Xavier tire sur les liens pour vérifier la dureté, puis se tourne vers Sandrine qu'il commence à peloter avant de la jeter sur le canapé pour la prendre en levrette. Je regarde ça, presque étrangère, même lorsqu'il décide de passer pas son cul et qu'elle pousse des cris de joie. Puis soudain, il la vire du canapé, complètement excitée, s'assoit sur le canapé et me montre du doigt.
- Amuse-toi.

Sandrine me lance un regard tandis que je pousse un cri de protestation, puis se jette sur moi.
Elle commence à me lécher tout mon corps durant de longues minutes et j'adore ça mais je n'arrive pas à l'extérioriser j'ai un peu honte. Elle frotte son sexe contre mon genou. Xav vient derrière la table me tenir les mains qu'il lache de mon collier. Je sens son sexe se lever vers le ciel, sous les a-coups de la femme qui s'agite sur moi pour nous contenter tous les deux. Je sens ses lèvres toucher mes seins et tirer dessus, sa main se refermer sur mon sexe pour me masturber. Xavier m'enlève de la bouche le baillon et m'y met son sexe que je suce avec vigueur. Il ne m'a pas
demandé mon avi. Et j'aime ça. Je le pompe comme encore je n'avais jamais sucé et je sens son souffle devenir plus fort. Quand à sandrine, ses frottements deviennent chaud et elle m'excite à me toucher les seins. Elle roule les tétons entre ses doigts et tire dessus puis elle m'arrache une par une les pinces avec ses dents. Elle m'arrache à chaque fois un cri, je ne sais plus s'il s'agit de jouissance ou de douleur, les deux se mêlent. Je dois avoir un problème: j'aime! Elle m'enfonce ensuite le gode dans le vagin en même temps qu'elle se frotte contre mon genoux, et me lèche et me mordille les seins. En se collant contre moi, puis seins contre seins, je la sens me lécher les lèvres tout en me baisant pensant que je suce Xavier qui s'enlève pour l'occasion, et elle me prend, me lèche m'embrasse comme un homme le ferait, avec peut-être encore plus de plaisir. Le contact de sa peau contre mon clitoris me plait, j'adore, hum, sandrine!
Noir. Rouge. Orange. Bleu. Je passe par toutes les couleurs de l'arc en ciel. La sensation est terrible.

Xavier me regarde jouir avec douceur. Il me contemple longuement. Et une fois ma jouissance fini, il m'embrasse passionnément. Sandrine le repousse vite pour m'embrasser avec excitation, et je lui rend son baiser. Puis il se lève et se tourne vers Sandrine qui sent que son tour vient d'être baisée. Elle enlève enfin le gode de mon vagin et, se cramponnant à mes seins, elle continue sur moi à m'embrasser ou à me lécher le sexe tandis que Xavier par derrière la prend.
Je sens Sandrine qui se régale à embrasser mon minou trempe de jouissance. Elle doit être bisexuelle je pense. Je la sens jouir sur moi, se contracter dans ses gestes et dans son souffle et ses cris.Je prends moi-même un plaisir intense. Puis je sens que Xavier rejoins son plaisir.

Moi, je commence à en avoir marre que tout le monde s'agite sur moi. j'ai un peu honte aussi, l'excitation passée, d'être ainsi exposée aux regards. J'attends une petite minute que ce beau monde se rétablisse, puis je demande grâce et réclame ma libération.
- Qu'est-ce que tu en penses Sandrine, demande mon bourreau en me regardant, tu crois qu'on devrait la libérer?
Il passe un slip tandis qu'elle, elle se rhabille totalement.
- Non...Elle a osé prendre du plaisir avec une femme, elle mérite d'être punie. Et puis tu pourras profiter d'elle après mon départ.
- Non! Xavier je t'interdis de me laisser là!
En rigolant, il s'écarte de moi.
- Tu n'as rien à m'interdire ma jolie.
Il me laisse là, il change de pièce pour aller se fumer une clope avec elle, qui me regarde amusée avant de sortir.
- Salauds!

Rien de plus. J'attends cinq minutes à ruminer mes pensées quand Sandrine décide de partir. Elle en profite pour me rouler un palot et me tripoter encore. Xavier, hilare s'approche de moi pour me libérer tandis qu'elle s'en va.

Puis quand je tends la main vers mes vêtements, il bloque mon geste, me tend mon peignoir dans lequel je m'enroule, gênée soudain de ma nudité devant lui. Je n'arrive pas à le regarder en face, je dois être rouge comme une tomate. Il me maintient face à lui et me fixe jusqu'à ce que je consente à croiser son regard.

- J'ai raté un épisode, il me répète encore.
Je n'ose rien répondre. Il me pousse vers le canapé.
-Si c'est ce que tu veux il va te falloir apprendre à bien te comporter.

Ben quoi, c'est ce que j'ai fait! qu'est-ce que j'aurais bien pu faire de mal je viens d'accepter de me faire violer par une femme, à me faire fouetter par un martinet et à me faire attacher nue à une table c'est déjà bien non?
Je n'ai rien dit à voix haute mais il comprend tout. Il a un regard à la fois dur, amusé et interessé.
-Je vais t'envoyer chez quelqu'un. Un ami, tu le connais bien. Lui il va t'apprendre à obéir et à te comportr comme il faut à ta place.
Il sent que je vais renoncer, que je vais lui dire non que je ne veux pas, alors il pose ses doigts sur mes lèvres.
- je suis persuadé que tu trouveras ça interessant.
Je n'ai pas osé répliquer.
De toute façon j'en avais une envie dingue, c'est si excitant!



08/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres