Domination-soumission

Domination-soumission

Osez la fessée

Il suffit parfois d'un geste pour que le corps s'embrase. Comme une ou deux claques sur les fesses. La fessée, très prisée en Angleterre, peut être perçue comme une forme de perversion. Pourtant, ce petit jeu entre adultes consentants se révèle un rituel érotique des plus "canaille".

 

La fessée amoureuse est un art dont le but est de conduire son partenaire au plaisir. Elle ne date pas d'hier. Au Moyen-âge déjà on y recourait comme pratique érotique. Aujourd'hui à l'heure des grands bouleversements sexuels, elle fait son come-back, au grand jour cette fois. Des sites lui sont consacrés, et les love store regorgent d'accessoires pour pimenter cette pratique de nouvelles sensations. Adoptée en tant que préliminaire, la fessée peut se consommer également seule : juste pour le plaisir d'être fessé !

La fessée excitante !

Osez la fessée !Ce n'est pas parce qu'on a passé l'âge, que l'on doit se priver du plaisir de la fessée. "Essentiellement régressive, la fessée déculottée renvoie à la nostalgie d'une prise en charge passive, de la douce époque maternante" déclare Italo Baccardi, auteur de "Osez la fessée".

Les adeptes de petites claques sur le derrière, recherchent en réalité un plaisir très archaïque : celui du nourrisson à qui la mère talque les fesses. Un moment délicieux d'abandon, prisé par certains. Plus crûment, ses vertus sont également d'ordre charnel : la fessée crée un échauffement des sens, c'est indéniable ! "Les coups portés irradient vers le ventre, stimulant également, par les vibrations impulsées, le clitoris ou le pénis, selon" détaille notre expert.

 

Une domination soft

Dégommez les idées reçues, vous l'avez sans doute fait. "La fessée s'inscrit dans un rapport de soumission/domination soft, une sorte de simulacre" précise Italo Baccardi. Se soumettre à une déculottée place forcément dans une attitude passive où l'on s'en remet au pouvoir de celui qui administre la fessée. Certains y verront là une forme de perversion, où l'homme continue à camper son rôle de mâle dominant, et la femme à se soumettre. Ce serait omettre d'une part que cette discipline amoureuse se place dans le cadre d'une grande complicité, c'est un jeu entre deux partenaires consentants. D'autre part, les fesseurs ne sont pas exclusivement masculins, les rôles peuvent s'inverser.

Autre élément important ! "Une fessée n'est pas destinée à être douloureuse. Piquante certes, mais pas plus" précise Italo Baccardi ! Les fesses, cette partie charnue de notre anatomie, sont bien protégées. Mais on ne sait jamais. Pour éviter tout dérapage, il est préférable toutefois de convenir d'un mot de passe au cas où… La fessée est supposée excitante, pas violente. Il faut doser et éviter de glisser dans l'ornière d'un véritable jeu de pouvoir. Ça reste un jeu !

Une petite fessée, chérie ?

Quand elle fait partie des fantasmes d'un des conjoints et qu'il est partagé, il reste à trouver les bonnes phrases ou le bon moment pour s'y coller. "Le fantasme est nécessaire à la libido d'un couple. En parler est déjà la première étape" assure Italo Baccardi. Si l'idée ne rencontre pas de réticences, c'est gagné ! On s'écoute et on se fait confiance. On a même le droit de changer d'avis. Face à un "mais tu as aimé ça la dernière fois ?", on peut aussi répondre : "Pas aujourd'hui" ! Bien sûr, il arrive que l'un des deux trouve cette idée saugrenue, ridicule, voire limite dérangeante. Dans ce cas, on peut en rêver sans forcément la mettre en scène…

 

Les accessoires clés

Les fesses étant l'objet de toutes les attentions, on en soigne l'écrin, et le dernier rempart à la fois : la petite culotte ! Si on aime être traitée en petite fille, le choix se porte sur la culotte blanche. Les plus fétichistes opteront pour une culotte rétro fendue. A chacun son fantasme. Plus elle est couvrante, plus la baisser tout doucement est excitant, pour les deux. L'essentiel est de respecter une progression dans la déculottée. La lenteur est de mise. "La fessée est un plaisir partagé, un jeu raffiné" soutient Italo Baccardi. Pour le côté théâtral, on peut également miser sur des tenues de soubrettes, ou d'écolier… Un aspect très prisé par les Anglais ! Quant à l'accessoire fétiche, bien sûr, c'est la main. Qu'il faut apprendre à manier avec dextérité. Même si aujourd'hui le choix s'élargit et compte martinet, tapettes anglaise appelées "perfect strap" ou "paddle" (sorte de courroie en cuir fendu en deux). A réserver aux audacieux pour de nouvelles sensations.



27/02/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres