Domination-soumission

Domination-soumission

Mecanisme de l’humiliation

L’humiliation nécessite que la soumise accepte son état d’asservissement. Cette acceptation est plus ou moins importante, mais toujours réelle et compromettante. La douleur ressentie lors d’une scène d’humiliation est donc avant tout psychologique, même lorsque le procédé d’humiliation provoque également une souffrance physique.

Pendant le déroulement de la scène, la soumise peut toujours justifier son abdication par l’utilisation de la contrainte ou de la force, même si sa résistance n’a été que symbolique.
Si d’autre part il n’y avait pas une complaisance coupable de la soumise, elle pourrait jouer à la victime et recueillir ainsi une sympathie légitime. Au contraire, l’humiliation l’oblige à reconnaître sa position soumise et la légitimité de son abdication.

 

Un exemple : vous ordonnez à votre soumise de relever sa jupe et de se mettre à quatre pattes, les fesses à l’air, au milieu du salon pour recevoir une fessée. Elle est humiliée par les mots que vous prononcez, par la perspective du déshabillage, par l’obscénité de la posture, par le contenu enfantin de la menace.


Comme votre emprise sur elle est importante, elle sait qu’il lui faut obéir sous peine de représailles plus sévères. Par ailleurs, son amour et la vénération qu’elle doit avoir à votre égard lui interdisent moralement de se rebeller.
Elle va donc s’exécuter et obéir à votre ordre : après l’humiliation des mots, voici maintenant réalisée celle des actes.


Avec la fessée vient maintenant une seconde série d’avilissements. Sous vos claques, elle se sent rabaissée au niveau d’une petite morveuse, elle se sent ridiculement sensible sous la douleur (”pleurnicharde!”), et absolument honteuse si, comble de sa déchéance, le traitement provoque un épanchement de cyprine (ou une érection pour un soumis).

 

Sa situation est alors désespérée, car elle réalise à la fois sa lâcheté et son impuissance.
- Lâcheté car se révolter montrerait qu’elle n’est pas capable de supporter une petite fessée, châtiment fantaisiste, et que vous êtes trop fort pour elle.
- Impuissance car désobéir franchement l’amènerait soit à s’exposer à des traitements encore plus douloureux, soit à renier l’affection qu’elle vous doit et celle que vous lui accordez.


C’est là tout l’intérêt du procédé humiliant : le fait d’accepter *une seule fois* vos caprices la rend coupable, à ses propres yeux, de faiblesse, et puisqu’elle est coupable il est naturel qu’elle soit punie.
Les punitions suivantes seront infligées pour un autre motif que ses propres sentiments envers elle-même, mais elle les acceptera surtout pour se punir d’avoir abdiqué devant votre volonté, et cette nouvelle soumission ira renforcer son sentiment de lâcheté : le cercle vicieux est engagé !

En vous obéissant, la soumise n’accepte pas seulement d’exécuter *un* certain ordre, elle accepte virtuellement d’obéir à *tous* vos ordres futurs, et chaque geste d’obéissance de sa part sous–entend qu’elle vous obéira encore et encore, toujours plus docilement.

 

Ce quasi-automatisme du procédé peut paraître séduisant, mais il cache un écueil redoutable pour le dominant novice.
En effet, l’humiliation ainsi introduite provoque une escalade que le dominant doit absolument contrôler pour l’accompagner d’une progression sur d’autres plans.
La domination est un phénomène complexe qui demande d’agir simultanément sur plusieurs niveaux : une soumise qui ne subirait que de l’humiliation aurait vite le sentiment qu’elle est réellement méprisée par son dominant et qu’elle lui est indifférente.


C’est l’attention délicate qui le dominant lui apporte en la punissant qui la rassure, puisqu’elle voit qu’il prend un certain plaisir grâce à elle. Son asservissement prendra alors une signification précise. C’est au dominant de maintenir un équilibre entre le plaisir d’humilier ou d’avilir (qui établit une frontière infranchissable entre le dominant et sa soumise) et des punitions données avec enthousiasme (qui renforcent la sympathie de l’un et le respect de l’autre)



03/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres